Un business coach pour voir plus grand plus loin!

      Telle est ma réaction à la lecture de l’article de Slate « 
Pour réussir dans la Silicon Valley, les Français apprennent à s’américaniser
       » *


      Cet article nous raconte 
les règles et des codes de la Silicon Valley
       auxquels se soumettent 
entrepreneurs
      et 
startups
      . Car même là-bas, il y en a!


      Il y a aussi tout un vocabulaire à s’approprier: 
smalltalk
       
mentoring
       
advising
       
pitching
       
networking
       etc.

      Et pourtant, le plus important n’est pas là!

      Ce que j’en retiens, c’est à quel point 
l’entrepreneur a besoin de développer ses softskills
      .

      Ou tout 
son savoir-être et ses talents au delà de l’expertise technique.

      C’est finalement ce que dit de façon imagée Laura Elmore, une ancienne coach de Steve Jobs et et de la high-tech : «
La différence entre un entrepreneur français et un américain, c’est trente slide
      ».

      Et c’est là que nous, 
business coach
      , nous intervenons.


Le business coach pour développer les talents

      L’article souligne l’importance de : 

      • apprendre à «pitcher» son projet dans les formes,
      • savoir s’adapter pour pitcher en 4 minutes, en 15 minutes, en 30 minutes,
      • développer un réseau et être à l’affut des opportunités en toute circonstance
      et cela sous-tend d’avoir : 

      • développé des compétences humaines au delà de l’expertise
      • clarifié une vision qui offre une perspective plus large et plus dynamique
      • travaillé sur la différence qui fait la différence:
    en quoi l’offre est unique et plus créatrice de valeur que celle des concurrents?
    en quoi moi entrepreneur et porteur de ce projet je fais la différence?
      • acquis de la confiance en soi
      C’est ce que 
business coach et entrepreneur travaillent ensemble
       et co-construisent.

      C’est ce travail de coaching qui va rendre le projet cohérent par la même finançable!

      C’est sur ces bases que va s’édifier l’entreprise centrée sur son histoire et son organisation


Le business coach pour raconter une histoire

      La vision, la différence qui fait la différence et la confiance en soi vont permettre d’écrire 
l’histoire de l’entreprise comme un scénario
      , autrement dit le 
storytelling
      , qui comme le conseille Laura Elmore « 
prend ses distances avec ce que produit l’entreprise, comme aiment le faire les géants des technologies numériques
       ».

      L’idée est de transmettre un message complexe en suscitant l’émotion des auditeurs, en créant désir et satisfaction, en inspirant et au final en retenant l’attention!


Le business coach pour structurer

      Vision entrepreneuriale, soft skills, confiance en soi et en l’unicité de sa proposition de valeur vont permettre à l’entrepreneur de 
se structurer avec la bonne stratégie de développement
       incluant le marketing, le commercial, le recrutement, etc. Se structurer, c’est aussi bien s’entourer. 

      Cela demande encore de: 

      • être clair sur son ambition
      • avoir défini comment mettre en oeuvre sa vision
      • s’être fixer des objectifs atteignables et réalistes par rapport à soi et la maturité de son entreprise
      • avoir confiance en soi pour aussi laisser parler son intuition
      Par conséquent, pour s’américaniser, l’entrepreneur doit développer des qualités humaines et relationnelles, des qualités personnelles et interpersonnelles.


Quels talents développer avec un business coach?

      Parmi les qualités humaines, relationnelles et interpersonnelles que l’entrepreneur développe avec un 
business coach
      , citons: 

      • l’ouverture: être curieux, à l’affut des opportunités avec un certain gout pour le changement
      • la créativité ou l’envie d’imaginer des solutions différentes et nouvelles.
      • l’adaptabilité et l’agilité
      • l’aptitude à écouter les autres et à considérer la diversité comme une richesse
      • la capacité à évoluer et à remettre en cause ses jugements, ses connaissances ou ses croyances
      • le passage à l’action pour sortir des idées et des concepts
      • le pragmatisme, le réalisme et la lucidité
      • la persévérance pour garder le cap et les objectifs à atteindre dans le viseur

      En conclusion, le 
business coach travaille avec l’entrepreneur sur son savoir-être
      , et non sur son savoir-faire, ainsi que: 

      • sa vision
      • sa confiance en lui
      • son ambition
      • ses objectifs, atteignables et réalistes
      • sa mise en action

      Et cela se fera toute la différence, dans la Silicon Valley comme en France!

      En savoir plus sur ce que vous apporte un 
Business Coach
      ?


      ou profitez de notre offre estivale :



http://www.slate.fr/story/120011/silicon-valley-americanisation-start-ups-francaises

Écrire commentaire

Commentaires : 0